Butembo: festivités de fin d’année, les femmes et les enfants ne doivent pas injurier le chef du ménage suite au manque d’argent( maître Maguy Panza de FJDF)


Quelques jours nous séparent des festivités de
fin d’année . En ville de Butembo et environs,
l’ambiance y relative est visible. Dans les
artères principales ,les hommes et les femmes sont
en mouvement pour vendre les habits, les souliers,
et d’autres objets de décors.Dans les boutiques ,la
même ambiance s’observe afin de permettre
une bonne célébration de ces fêtes .On le sait déjà,la fête de Noël est réservée aux enfants et celle de nouvel an aux adultes.
Maître Maguy Panza, chargée de la vulgarisation au sein de la FJDF reconnaît que “cette préparation nécessite des moyens financiers “. Cependant, une crise économique pèse sur sur la société à Butembo et environs.Que cela ne soit pas source des mésententes dans les foyers.

“Bien que les époux au
foyer doivent contribuer aux charges du ménage comme l’exige le code de la famille, l’on constate
souvent que les hommes supportent en grande partie cette charge ,les femmes étant les plus
accusées d’être trop exigeantes quelle que soit la conjoncture. La non satisfaction de ce besoin comme
l’on peut s’attendre est le plus souvent à la base des violences domestiques, celles-ci sont entendues
comme « les violences entre partenaires et entre proches ». Il peut s’agir ,soit de l’insuffisance des moyens
par rapport aux revenus ,soit de la priorisation des besoins du foyer. Cette situation
d’incompréhension engendre les violences tels que les injures, insultes, menaces proférés par les
femmes ou les enfants envers leurs pères, leurs époux pour vouloir se comparer aux autres. D’autres
faits infractionnels s’ajoutent comme l’escroquerie, l’abus de confiance, le vol, l’adultère pour vouloir
à tout prix festoyer au delà de ses moyens”, explique le message de FJDF par Maître Maguy Panza.

La FJDF regrette le fait que” des foyers ont été disloqués suites aux choses éphémères”.Pour Maguy Panza,”
il est vrai que tout le monde a le droit de festoyer et que les parents doivent accomplir
leurs devoirs, mais que cela se fasse dans les limites
de leurs capacités”.
“L’organisation des Femmes Juristes pour les droits de la Femme et de l’enfant ,FJDF étant souvent
saisie des faits d’après les festivités, lance un message à la communauté pour se prévenir des
violences qui ,pour certains ,occasionnent les poursuites judiciaires “, insiste notre interlocutrice. Pour éviter tout dérapage, cette organisation conseille les femmes et les enfants de” tenir compte du contexte actuel caractérisé par une crise socio économique,d’engager rationnellement les dépenses relatives aux festivités,de s’abstenir de contracter des dettes difficiles à rembourser,d’accepter la contribution de son conjoint selon son revenu,de conscientiser les enfants sur la conjoncture actuelle et
de ne pas sacrifier les besoins prioritaires comme les frais scolaires, les frais des soins médicaux au
profit des festivités”.
Pour clore,la FJDF anticipe ses vœux les meilleurs à tous les habitants de Butembo et environs.

La rédaction+ 243994069087

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *