Butembo:halte au commerce sexuel en période festive( Me Maggy Panza)

.


L’Organisation des Femmes Juristes pour les Droits de la Femme et de l’Enfant (FJDF) prévient la population sur les infractions liées à la période de fête. D’après Me Maguy Panza ,certains comportements relatifs à l’infraction de souteneur et de
proxénétisme sont couramment observés en
période de fête.

” Ces comportements sont contraires aux bonnes mœurs mais aussi réprimés par la loi. Ce sont
surtout les femmes et les jeunes filles qui en sont victimes.ces faits consistent à favoriser et
faciliter ou livrer le corps au plaisir sexuel pour de l’argent dans les lieux non publics et
ouverts au public comme hôtels, restaurants, dancing clubs, snack bar, les maisons de
particuliers”, note Me Maguy Panza.

Me Maguy Panza cite quelques faits constituant les infractions susmentionnées. Selon elle, il s’agit “d’entretenir un rassemblement des femmes et des jeunes filles aux mœurs peu crédibles pour la prostitution peu importe qu’elles aient des logis en permanence et en prêt
et où un semblant de bistrot y est opérationnel;céder un local aux personnes qui se prostituent ou une pièce de sa maison aux personnes désirant s’adonner à ces actes et mieux entretenue à cette fin, louer une maison de bonne foi à des personnes dont on ignorait qu’elles se prostituaient et la laisser ,tout de même, à la disposition de l’intéressé après avoir appris la
nature de leur véritable profession,une personne qui se livre à la prostitution et procure une assistance ou une aide à une
autre.
-Accompagner une autre personne au lieu de rendez-vous pour la prostitution,une réceptionniste d’un hôtel qui prête refuge aux prostituées à l’arrivée des autorités et
les présente comme ses clients en attente d’une quelconque transaction en retour et ce,indépendamment de la volonté du propriétaire de l’immeuble”.
Pour décourager des comportements de ce genre, la loi a prévu des peines .Me Maguy Panza souhaite que les bubolais ne soient pas frappés par lesdites peines.C’est ainsi que cette femme juriste a rendu publiques ces peines.


“La servitude pénale principale : 3 mois à 5 ans et amande : 50.000 à 100.000 Fc constant.La servitude pénale principale : 3 à 5ans et amande : 50.000 à 100.000 Fc constant.La servitude pénale principale : 5 à 20 ans et amande : 50.000 à 100.000 Fc constant”, prévient Me Maguy Panza.
Pour finir, l’organisation femmes juristes pour la défense des droits de la femme et de l’enfant déclare que” si ces faits sont commis par un parent ,celui -ci sera déchu de l’autorité parentale et la peine est de 5 à 20 ans de Servitude pénale
principale et amande de 200.000 à 1.000.000 Fc”.

La rédaction +243994069087.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *